Roucou

Bija, chaya, urucu (Caraïbe hispanophone), lipstick tree (Caraïbe anglophone), woukou (Haïti), roucou ou rocou (Antilles françaises), Pyé woukou (créole), achiote. Nom scientifique : Bixa orellana.

L'ATOUT DES BAINS DE SOLEIL !



Les usages traditionnels du Roucou


Le roucou, plante alliée du bronzage et ennemie des moustiques

Les indiens d'Amazonie et de la Caraïbe l'appliquaient déjà sur leur peau pour se protéger du soleil et repousser les insectes mais aussi pour chasser les mauvais esprits.
Aujourd'hui, le Roucou sert de crème solaire naturelle. L'huile extraite des graines est riche en pigments caroténoïdes (la bixine). Elle est également riche en oligoéléments (sélénium, magnésium, cuivre, zinc). Ce sont des agents antioxydants et protecteurs contre les rayons UV. L'huile de Roucou est antiseptique, antibactérienne, anti-inflammatoire, et anti acnéique. Elle permet de prolonger le bronzage ou de colorer naturellement les cosmétiques et à travers eux votre peau.
Néanmoins, utiliser une huile de roucou ne dispense pas d'une crème solaire à indice élevé, notamment quand on a la peau claire.
Le Roucou est également connu pour éviter les piqûres d'insectes.
La plante est utilisée traditionnellement en application locale pour lutter contre les brulures superficielles comme les coups de soleil et en décoction en cas de conjonctivite.
Le répertoire de l'institut de recherche Tramil décrit ses vertus, consultables sur www.tramil.net.

Le Roucou est un colorant alimentaire naturel

C'est aussi un puissant colorant alimentaire naturel. La bixine que l'on trouve dans le Roucou sert à colorer aussi bien les tissus que les huiles solaires, le Cheddar, les condiments et de nombreux aliments. Dans la cuisine créole, il est utilisé pour colorer la sauce au court-bouillon de poissons et fabriquer le fameux "beurre rouge".

Quelle est l'origine du Roucou ?

Originaire d'Amazonie, cette espèce se rencontre dans les régions tropicales du continent américain et fut introduite aux Antilles lors des migrations Arawaks et Caraïbes. Cultivé pour la teinture jusqu'à la fin de 19ème siècle dans les petites Antilles, le Roucou a été progressivement délaissé avec l'apparition des matières colorantes synthétiques.
Si les Amérindiens étaient appelés "Peaux Rouges" c'est simplement parce qu'ils s'enduisaient le corps de poudre de roucou macérée dans le l'huile de ricin afin de se protéger du soleil, des moustiques et des fièvres. Ils considéraient le Roucou comme un puissant antidote dans les empoisonnements dus à la consommation du manioc amer.
Au Sri Lanka, la poudre de Roucou mélangée au jus de citron vert sevrait à teindre les cotonnades en mauve.
Son nom latin "orellana" lui a été donné en hommage à Francisco Orellana qui fut le premier explorateur à naviguer sur l'Amazone.



A quoi ressemble le Roucou ?

Originaire du tropique américain, cet arbre trapu de 5 à 9 mètres de haut, pousse dans les régions tropicales.
Le roucouyer ou arbre rouge à lèvres fleurit abondamment mais ses fleurs roses ne durent qu'une journée. Son fruit, d'un beau rouge, hérissé d'épines souples et molles, de 3 à 4 cm, n'est pas comestible. Il contient de nombreuses graines couvertes d'une pulpe rouge orangé qui, après séchage, donnent un colorant appelé bixine ou Roucou aux Antilles.